Encore une fiche de livre ? (Acacia Tome 1)

Publié le par Gromitflash

Oui encore une fiche de livre. Il m'arrive des choses à profusion (oh oui je vous raconterai ça ce soir entre deux animes) mais en attendant ....

Acacia, La guerre du Mein. Attention, on prévient tout de suite, c'est de la fantasy.
Oui je fais une critique de bouquin de fantasy sur mon blog, et oui je suis supra-élitiste sur la fantasy (parce que Robin Hobb est bien sur quelques tomes, parce que le reste me plonge dans un ennui sans borne, parce que les elfes, la revanche des elfes et la trahison des elfes avec des héros en collants et justaucorps de tapettes qui portent des noms à coucher dehors juste parce que les fans trouvent ça "cool", ben moi ça me fait juste chier).
Ceci était un aparté.

Donc, La guerre du Mein de David Anthony Durham, sous-titré Acacia T.1. Oui, il va y en avoir trois des comme ça et heureusement.

Le monde connu est régie par l'empire des Akarans, des gars bronzés méditerranéens qui ont l'acacia pour symbole et qui vivent au départ une vie bien tranquille dans leur empire. Il y a le roi, les 4 enfants du roi, des conseillers à profusion, et puis il y a des "méchants" pas beaux qui sont du nord.
Un jour les méchants du nord font assassiner le roi et déclare la guerre, prennent la place sur le trône et les quatres enfants royaux se retrouvent un peu tous éparpillés pour grandir dans leur coin de l'ex-empire.

Youhou, c'est excitant non ?
Ben en fait oui. Parce que là où on peut s'attendre en ouvrant le pavé à un banal récit initiatique des gentils princes qui vont se battrent pour récupérer leur trône perdu conquis par des méchants ben ... les méchants sont-ils vraiment méchants ? Ils ont des raisons très très particulières de se battre, surtout que l'empire précédent n'est pas forcement joli non plus. La faute à la Ligue, qui depuis 22 générations d'empereur possède la seule marine de guerre potable du coin et arrange un commerce d'esclave et de drogue avec l'empire, la drogue servant à endormir le peuple, et qui n'est pas prête à s'arrêter.
Peu à peu des personnages apparaissent et s'esquissent. Ils sont soignés, ils sont choyés, on les developpe sur une quinzaine de pages (autant qu'un personnage principal !) et puis d'un coup, une centaine de page plus loin, ben ... fauché par une flèche ? Piétiné par un monstre géant ? Brulé vif dans une explosion ? Ouais Durham n'hésite pas une seconde à sacrifier un personnage aussi developpé soit-il, et ça, j'aime bien.

La fin, que je ne dévoilerai pas, est surprenante à plus d'un titre et me fait attendre le deuxième tome avec curiosité.

Publié dans Fiches de livre

Commenter cet article

Mel 13/05/2009 02:11

J'irais bien jeter un coup d'oeil à ces livres à la fnac. Je pense que ce sera une de mes premières activités de vacancière (pas touriste, vacancière.).