Le Week-End de la mort qui tue (suite)

Publié le par Gromitflash

Or donc, avant que je ne sois interrompu par une soirée avec Floriant (l'habituelle, je vous en parlerai après) j'allais racontre en détail le congrès de l'ANESF.

Je ne suis qu'une petit témoin hein, faut pas prendre les choses comme sûre (en plus j'ai raté pas mal de truc ...).
Je suis arrivé à Nancy sur le coup de 18h40, j'ai appelé l'orga qui est venu me chercher en voiture (merci Loïc !).

L'hôtel était parfait (très bonne orga quoi !), rempli d'étudiants en tout genre. Confortable en plus, j'ai pu me changer et prendre une douche ... ah la chaleur du train ! J'ai eu la surprise d'apprendre que je dormais seul ... une chambre et un lit double pour moi tout seul, merci tout le monde !

L'arrivée du reste des gens de mon école s'est étalée sur le reste de la soirée. Les dernières sont arrivées vers 21h alors que nous nous dirigions déjà vers la Mairie pour la soirée.
J'ai profité de ce temps de latence pour revoir les gens de Nîmes qui avait prévu le set Toréador. Benjamin avec ses cornes et ses testicules énormes, ...

La soirée a été pire qu'au CRIT. Oui le CRIT sage-femme, le truc de bisounours où les extés faluchards se font coucher par des filles de 21 ans minces comme des fils avec du crémant ... Amiens a assuré le bar (quelques excès sur la bière mine de rien ...), Rennes et Lille ont assuré l'ambiance.
J'ai bu ... j'ai rattrapé la dose d'alcool que j'aurais dû avoir la veille. Oui, quand je bois trop, je reste lucide. Non voir Mélanie d'Amiens me regarder et me demander si elle dois trouver quelq'un pour me gérer c'est mauvais signe. Je me souviens de tout, c'est ça le problème !

Je me suis réveillé le lendemain avec une gueule de bois tout bonnement immonde. Ici l'orga ne laissa pas les gens flancher. Le réveil par sonnette et toc-toc à 7h du matin ça tue. J'ai passé de longues minutes sous la douche, j'ai rassemblé mes souvenirs (me souvenant de Thibault qui agiter une bouteille de Poppy au-dessus d'une table de la veille comme un champion de F1 agite une bouteille de champagne).

Je n'ai rien réussi à avaler au petit déjeuner.
A ce petit déjeuner j'ai pu voir des filles de Clermont-Ferran avec qui j'ai assez sympathisé ! C'est dans ces moments là qu'apparait la faiblesse des congrès : les villes restent entre elles (sauf d'irréductibles parisiens comme moi qui ne résiste pas à l'envie de discuter avec de parfaits inconnus).

A suivi une première conférence sur les sage-femmes à l'européenne par Mme Keller la présidente de l'Ordre qui s'est avérée plombée par l'intervention de la sage-femme formatrice de Besançon.

Pause, discussion, poilade ; deuxième conférence sur la toxicomanie (par la sage-femme qui a créé le DU sur la toxicomanie justement !) qui était bien mais ... J'ai commencé à me demander sérieusement si on était vraiment là pour s'amuser.

Déjeuner au resto-U, discussion, poilade toujours ; troisième conférence sur l'IVG.

Une claque.
Géniale, avec la présidente de la CASF qui a été une des deux sage-femmes à militer au MLAC et un medecin qui a, comme il le dit, sacrifé sa carrière pour faire de l'Orthogénie. Récits, anecdotes. On a appris comme se passaient les avortement clandestins, les tenants et aboutissants réels et cyniques autour de sa légalisation et pourquoi la législation sur la limite de terme n'est pas prête de changer.

Je sors dîner, le reste ce soir dans l'épisode 3 !

Publié dans Vie d'Etudiant

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Mel 30/06/2009 20:36

N'empêche, j'aimerai bien faire une bataille de champagne, comme les champions de F1.