Lvl up (Vacance 2)

Publié le par Gromitflash

Je suis revenu de Niolon.

Je ne sais pas encore comment décrire ce qui m'est arrivé là-bas tant cela semble être passé comme dans un rêve. Il y a des moments comme ça où la vie prend un rythme totalement différent et où le monde revêt un nouveau costume.

Je vais faire dans la simplicité.
Nous nous sommes quittés alors que je partais vers de nouveaux horizons. C'était le deuxième jour des vacances et ça faisait un bien fou de ne plus avoir de problèmes sur le dos. Au programme : découverte, rencontre et bonne humeur.

Donc d'abord le voyage : un TGV, quelques adultes, un tas d'adolescents prépubères considérant DragonForce (et leur style de guitar retouché par ordinateur) comme de la bonne musique et le summum de la technique. DragonForce est quand même le groupe célèbre pour arriver bourré sur scène et se casser la gueule au milieu du concert tout en ratant la moitié des riffs. Leur discussion a vite évolué vers les jeux vidéos ("Ouais moi je joue à WoW, je suis un vrai geek quoi") et le sexe ("Ouais je maitrise la théorie et la pratique ... on révisera ensemble ?"). Entendre ces deux phrases de la même bouches, d'un gamin un peu enrobé de 14 ans, ça fait peur.
On a donc passé le trajet avec des sourires moqueurs et des regards en coin pendant que la monitrice devenait étrangement pâle ... bonne chance !
Arrivée au centre, 15h.
Frais comme des gardons. Bon d'abord s'inscrire, déposer sa caution, trouver la chambre dans le labyrinthe de bungalow. Ensuite le matos ... euh oui ? Ben un tas de tuyau, un gilet bizarre, une ceinture, des plombs et puis les Palmes Masques Tubas ... et puis la combinaison. Oui la combinaison on va y revenir, on y revient toujours.
Les animateurs ont préparé un pot d'accueil et un barbecue, on a regardé les étoiles et on a discuté un bon bout de temps.

Le lendemain (Lundi), j'ai appris que le tas de tuyau était mon meilleur ami et que ce meilleur ami s'appelait "Détendeur/Mano/Direct Système". En gros sans ce truc sur la bouteille on peut juste couler et mourir. Chouette. Le gilet bizarre s'accroche au Direct Système : c'est ce qu'on appelle la Stab. Ca sert à se gonfler à la surface et à monter dans l'eau ... enfin pas toujours.
Exercices dans l'eau, rencontre et présentations avec la palanquée (c'est comme ça qu'on appelle un groupe de plongeur), et baptème de plongée ... Je suis descendu à 6 mètres de profondeur et ... la sensation est très très étrange.
Les gens sont sympa et l'ambiance est là. Ce que j'ai aimé dans les soirées après la plongée c'est qu'on ne parle quasiment que de plongée : les gens sont passionnés et ne sont là que pour ça.

Le Mardi ont commencé les premiers exercices sous l'eau. J'ai eu du mal à maitriser ma respiration.

Oui, voilà la difficulté de la plongée. La respiration sous l'eau n'est pas celle de la surface pour éviter l'effet poumon ballast (en gros si les poumons sont pleins on remonte facilement).

Les plongées se sont succédées jusqu'au Vendredi. J'ai eu mon niveau 1 (lvl up !) et donc j'ai les connaissances pour faire le plongeur de base.

Le centre a fourni les soirées en animation.

Choses mémorable dans le week-end :

*Deux soeurs très sympathique. J'aurai aimé avoir une semaine de plus pour mieux les connaitre. Je sais qu'il y a FaceBook mais ... c'est pas vraiment l'idéal.
*Des gens très sympa : je pense à Pierre, à Arthur, à Cyrille, à Stevin, à Sébastien, à Fox ... tout ces gens avec qui j'ai pu bien discuter.
*Des collocs qui rentraient à 3h du matin totalement torchés et qui s'écroulaient et ronflaient ... avec parfois des blagues marrantes en bonus.
*Des paysages superbes.

Il s'est passé plein de chose, je ne sortirai pas les dossiers (je n'y suis même pas en plus pour une fois alors !). Tout le monde s'est plus ou moins amusé et plus ou moins quitté avec une pointe de tristesse en promettant de se revoir peut-être un jour.

Le retour a été plus chaotique (TER qui marche mal le 15 Août ..) mais on a réussi à attrapper le TGV à Marseille. J'ai Stan à la maison pour la soirée et la nuit, demain on ira voir l'exposition Clamp.

Il ne me reste en mémoire que le sourire d'Emilie, la lumière de la provence et la sensation étrange que l'on a à 10 mètres de profondeur : celle de sentir le monde sur ses épaules, celle ne ne plus voir la surface et celle de ne plus voir le fond.
Enfin une nuit de sommeil sans quelq'un pour briser le silence de ses ronflements.

Publié dans Vie de Geek

Commenter cet article